Home


15 juin.

         [282]. Tu auras connaissance de Nos Aspirations sur les sommets des
montagnes.
Tu entendras parler de Nos Manifestations, mais tu n'y croiras pas.
Parce que Nous n'enseignons qu'à ceux qui frappent.
Nous rejetons les traîtres avec fermeté.
Tu parleras de Nous avec austérité.
Ecoute, les nouveaux montrent des signes de compréhension.
Ne laisse pas approcher les ennemis ; ils sont dangereux pour les
nouveaux.
Ecoute en souriant les disputes du savant.
Il ne perçoit rien, et pourtant l'Œil de l'Aigle est au-dessus de toi.
17 juin.

         [283]. Sois prêt à écouter.
Le grand silence enveloppe l'oreille attentive – il est impénétrable
dans le bruit.
Et au milieu de la bataille, le silence est encore plus surprenant.
L'oreille se détourne avec mépris du plan terrestre.
Ce qu'on ne peut obtenir aujourd'hui viendra aisément demain.
Les difficultés du chemin sont causées par les habitudes du corps.
Alors protégez les enfants contre les habitudes.
Il faut détruire les habitudes comme la moisissure qui pousse sur les
murs.
Une multitude d'insectes fourmille dans les coins.
Les ténèbres ont enchaîné l'humanité, mais l'éclair de l'épée les
transpercera.
La Lumière vaincra !
18 juin.

         [284]. L'air pur est nécessaire au courant.
Compare-le à l'électricité après l'orage.
Des miracles peuvent s'opérer partout, mais l'enseignement dépend du
progrès de l'esprit.
20 juin.

         [285]. Aux confins de la conscience, les manifestations du bonheur et
des ténèbres se confondent.
Le passage du jour à la nuit est imperceptible à l'œil.
Mais consacre la Sainteté de la Demeure de Dieu.
N'y porte ni poussière, ni colère ; et étouffe ta faim si tu veux faire
face à la connaissance divine.
L'aspiration de l'esprit est le scintillement de la Béatitude.
Les bénédictions mettent l'armure à l'épreuve.
21 juin.

         [286]. Des nouveaux viendront.
Des nouveaux viendront.
Des nouveaux viendront.
Compte tes amis.
Cherche les Portails de l'Ascension prochaine.
Revivifie ta force, et les flèches tomberont, flasques et impuissantes.
Apprends à voler.
22 juin.

         [287]. Ne laisse pas approcher celui à qui la probation semble trop
longue.
23 juin.

         [288]. Tu poses une nouvelle fondation pour manifester la Beauté.
Avec toi, Nous annonçons le début d'un nouvel Enseignement.
Le flux et le reflux se succèdent, mais la neuvième vague se dresse
plus haut.
J'aimerais pouvoir te révéler la grande bataille de Notre jour.
24 juin.

         [289]. Vous qui reniez l'évangile de l'espoir, de l'action et du courage,
Vous qui estimez insupportable la période d'apprentissage,
Vous qui pâlissez en face de l'amour,
Vous qui sursautez au bruit des ailes des anges,
Nous n'avons pas besoin de vous !
Le Temple brille et Notre Chemin est tracé.
Et chaque matin nous rapproche davantage du soleil.
Heureux ceux qui ne pensèrent pas au jour et qui saisirent la perle de
l'esprit.
Cette perle ne perd pas son lustre ; et vous, pauvres, où trouverez-vous
un trésor plus durable ?
Estimons les valeurs, mais sans prendre l'argent pour mesure.
Les caveaux souterrains ont été remplis à ras bords.
Je remplacerai l'or terrestre par un métal nouveau.
Un bouclier d'or n'est pas solide.
26 juin.

         [290]. Déploie ta sagesse – Je parle d'action.
Chaque jour apporte un nouveau rayon de force.
L'action n'a pas un caractère personnel quand les soufflets de
l'ignorance pleuvent sur les défenses de la demeure pure.
Le mouvement de la Main du divin Semeur embrasse la Terre entière.
Et les mains de tous Ses Fils s'élèveront d'un commun accord pour
jeter leur semence.
J'attesterai le moment de l'action.
Vois les jours qui approchent comme le seuil de l'activité hivernale.
Hâte-toi : passe à l'action,
Rassemble tes forces pour le travail.
Jamais les guerriers n'ont connu une telle mêlée.
O toi, lame tranchante,
O toi, marteau qui frappe !
Je viens, Maître Constructeur, je viens !
27 juin.

         [291]. Agis. Montre tes ressources !
28 juin.

         [292]. Nous ne parlons qu'une fois.
Ne répète pas tes questions.
Ce qui n'est pas compris ou entendu, est perdu pour la Terre.
Tu pourras obtenir une nouvelle compréhension, tu pourras t'élever,
mais par de nouveaux pas.
Aussi, sois prudent et alerte.
La fatigue n'est pas dangereuse.
Mais légèreté et insensibilité sont les fléaux de l'humanité.
Comme un chef de famille toujours actif, ne redoute pas quelques
gouttes de sueur dues au travail.
Même une mauvaise action est meilleure que la léthargie.
Atteins le port. Un bateau est prévu pour chacun.
29 juin.

         [293]. La justice est-elle difficile ?
Un enfant la mesure mieux qu'un juge.
Pourquoi seules les personnes âgées et les enfants peuvent-ils être les
arbitres de la terre ?
Le jugement humain est maladroit.
Les lois ont obstrué l'entrée.
Sachez juger au dehors, sous les étoiles.
Apprenez à mesurer la distance les yeux fermés.
Il est accordé à chacun de trouver la lumière de l'œil scellé ;
Mais fainéantise, ingratitude, ignorance et brutalité vous conduisent,
voyageurs aveugles !
Où est la justice des enfants ?
Enlevez la poussière de l'habitude.
30 juin.

         [294]. Certains vivent dans des caves, d'autres dans des greniers,
D'autres se contentent d'une pièce dans la demeure d'autrui.
Mais certains possèdent toute une maison.
Je souhaite donner une maison à ceux qui demeurent avec Nous.
Ce n'est pas mauvais d'avoir une maison entière.
Il est merveilleux d'admirer le lever du soleil depuis le jardin en
terrasses.
Et Nous vendons la maison à un prix modique :
Un mot du cœur et un acte de beauté.
Le prix n'est pas élevé.
Comprends ton profit.
Comprend-le, même au sens des choses de ce monde.
2 juillet.

         [295]. Créateur, que mon esprit se ranime lorsque l'orage s'apaise.
Le tonnerre remplit le silence de la nuit, et l'éclair traverse ma fenêtre.
Se pourrait-il que le Messager vienne même par une telle nuit ?
Mais je sais que ma question n'est pas conforme.
Le Messager vient.
Maître, ma pensée est brouillée par le sommeil, et mes yeux ne
percent pas les ténèbres.
Je placerai un marteau sur ma porte.
Que le Messager brise le verrou.
A quoi me servirait une serrure après la venue du Messager ?
3 juillet.

         [296]. Pourquoi, Seigneur, ne me confies-tu pas
de récolter les fruits de Ton Jardin ?
Mais où sont tes paniers ?
Pourquoi, Seigneur, ne verses-tu pas sur moi les courants de Ta
Béatitude ?
Mais où sont tes cruches ?
Pourquoi, Seigneur, murmurer au lieu de proclamer Ta Vérité dans le
fracas du tonnerre ?
Mais où sont tes oreilles ?
Il vaudrait mieux d'ailleurs écouter le tonnerre au milieu des
montagnes.
4 juillet.

         [297]. Les hommes se rassemblent.
Les expériences s'accroissent.
L'aide vient plus facilement.
Ainsi le navire, qui tend ses voiles, accroît sa vitesse.
Aisément, légèrement, en montant et en passant vraiment inaperçu, tu
supportes les fardeaux de la vie, comme le pollen des fleurs.
Que la traversée soit à nouveau facile.
Aisément, en montant, joyeusement.
Ne te préoccupe pas de semelles alors que les ailes poussent sur tes
épaules.
Mais garde-toi d'imiter Icare !
9 juillet.

         [298]. Pourquoi l'œil voit-il plus loin vers la fin de la vie ?
L'expérience le dirige vers le lointain, et le présent est voilé.
Ainsi tu reçois la connaissance du futur.
Traverse le présent sans sombrer dans le bourbier des marais.
Mais action avant tout.
En vérité, en vérité, un oiseau dans son vol est parfois plus utile qu'un
homme engourdi.
11 juillet.

         [299]. Je perçois que les ennemis seront détruits par un feu miraculeux.
Le temps de l'action a juste commencé.
Comprends la dévotion, la foi et le courage.
Je te sauvegarderai avec un casque de foi, une armure de dévotion, et
un bouclier de victoire.
Et sur la bannière on inscrira : Amour-Vainqueur.
11 juillet.

         [300].Le mental s'accroît tous les jours.
La bonté s'envole vers le bonheur.
Mais, entre Nous, le pont c'est l'esprit.
L'esprit peut soulever des montagnes.
Mais ce pont peut être détruit en un instant.
Et les abîmes restants ne pourraient être comblés par toutes les
montagnes du monde.
Aussi, préserve la fleur de Diamant.
Elle ne fleurit pas sur la glace.
Mais si le Créateur t'a donné la force de ce pont entre Nous, va nourrir
la flamme.
Dis aux passants :
"Nous savons où nous allons".
12 juillet.

         [301]. Ma bouche se taira, et je serai incapable de comprendre le
Bouclier de Miséricorde, si l'amour s'envole loin de moi.
Je serai lié à la terre le matin, si mes ailes tombent pendant la nuit.
Et qu'aurais-je à déployer, pour saluer le soleil du matin ?
Mon sourire, où es-tu ?
Quel signe marque mon front ?
De quel mot lumineux saluer la lumière ?
Qu'est-ce qui est précieux ?
Je le crie, je l'affirme : l'Amour.
J'ai dit !
12 juillet.

         [302]. N'accorde pas de valeur au mot qui explique.
Accepte plutôt l'affirmation du premier Instructeur.
J'ai dit !
12 juillet.

         [303]. La parole de l'Instructeur ouvre le verrou.
Dépose ton cœur sur le seuil du rayon matinal, et Je t'abriterai.
Je Me réjouis de protéger le trésor.
13 juillet.

         [304]. Le moment de couronner le Temple est proche.
Adresse-toi au Temple avec vénération.
Et lorsque Je marcherai avec toi autour de ses enceintes,
Nous dirons une prière au Créateur de l'Univers.
Et Nous rétribuerons d'après le travail et le mérite.
On n'achète pas les services divins.
L'or a étranglé la religion.
Un bouclier d'or n'est pas solide.
J'appelle les sages.
Des gens nouveaux, utiles se rassembleront.
Et l'arbre de l'union fleurira.
14 juillet.

         [305]. Ils te demanderont : "Où sont tes preuves ?
Nombreux sont les faux prophètes".
Réponds que Nous ne jugeons que d'après les actes.
Nous ne mesurons que les résultats.
Un faux prophète conduit au mensonge.
Et un mensonge se consume dans le mal.
Et tu vois alors la trace du dragon.
Donc, Nous ne considérons que les actes.
L'instructeur connaît notre chemin, et nous laissons à Sa Merci les
voix gênantes.
J'ai dit !
15 juillet.

         [306]. La moisson se récolte avec une faux.
Le blé doit être amené au grenier à la main.
Le grain doit être éventé par le souffle, pour écarter la balle.
Ainsi, Nous choisissons les bannières du futur.
J'ai dit !
15 juillet.

         [307]. Rien n'est détruit sans raison.
Chacun est destiné à recevoir son appel.
Mais les trompettes des anges sont inaudibles aux oreilles paresseuses.
Les structures de la trivialité sont plus résistantes que les murs de
Jéricho.
Tes oreilles sont-elles libres de poussière ?
Je parle !
15 juillet.

         [308]. Que faire avec ceux qui font peur ?
Que faire avec ceux qui sont assis ?
Que créer avec ceux qui connaissent le lendemain ?
Nombreux sont ceux qui savent, maintenant.
Mais Je leur dirai : "Ouvrez vos oreilles".
Je leur dirai : "Lavez-vous les mains avant de crier".
Je le dis. Je le dis.
Je leur ai dit.
Je l'affirme Moi-même.
Et J'y mettrai fin Moi-Même lorsque Je penserai que le temps est
venu.
Mais maintenant, allez ! Ma Main est avec vous.
Oui, oui.
15 juillet.

         [309]. Parmi les chaînes et les massacres,
Dans le silence et la révolte,
Parmi les proches et les lointains,
Souviens-toi de Moi.
Le Pouvoir est toujours avec toi.
Disciple, la coquille craint-elle les vagues veloutées de la mer ?
Ne crains pas la marée.
16 juillet.

         [310]. J'estime que l'esprit trouve le moment pour toute chose.
Si le phare est un signal constant de sécurité pour les voyageurs,
Combien plus Mes guerriers seront-ils toujours enflammés par le feu
du Salut.
Et la flamme de l'action éveille d'autres feux.
17 juillet.

         [311]. Vous savez déjà que ni la bonté ni l'intellect seuls ne conduisent à
Nous.
Il faut manifester la spiritualité.
Cette qualité apparaît lorsque l'esprit est prêt.
Rien ne peut hâter l'affirmation du sentier.
Même l'Appel est inutile.
Aussi, ne va pas chercher des disciples,
Mais accueille de tout cœur ceux qui frappent.
C'est une honte de rater, en dormant, l'appel d'un cœur.
Il vaut mieux risquer une défaite que de ne pas répondre à un désir
ailé.
17 juillet.

         [312]. Elève, pourquoi des pensées qui ne peuvent se réaliser ?
Ne dissipe pas ta force dans la langueur de ton esprit.
Mon Lotus est une joie pour les visiteurs de Mon Jardin.
Mes enfants ! Action, action, action.
Les pensées de bien donnent accès aux vibrations de l'Ame du Maître.
Souviens-toi, l'Ame du Maître est ta demeure.
Ne L'oublie pas, lorsque tu luttes pour la Béatitude.
Au nom de l'humanité, Je te parle.
Le Maître est toujours à ta porte, mais laisse-la ouverte.
Attends Le, et Il répondra à ton appel,
Comme la fleur au soleil matinal.
En Mon Nom, va dans la vie, et tu conquerras les ténèbres.
La pluie ne te mouillera pas, et le soleil brûlant ne te fera pas souffrir.
Car Je suis ton Gardien, ton Ami, ton Père.
17 juillet.

         [313]. Enfants, enfants, chers enfants.
Ne pensez pas que Notre Communauté se cache de l'humanité derrière
des murs infranchissables.
Les neiges de l'Himalaya qui nous cachent ne sont pas des obstacles
pour les vrais chercheurs, mais seulement pour les curieux.
Discerne entre le chercheur et l'enquêteur, froid et sceptique.
Donne-toi à ton travail, et Je te conduirai sur la voie du succès dans le
Monde Lointain.
17 juillet.

         [314]. Nous vous adressons ce Message :
"Que les pierres disent la vérité,
Que les plantes et les arbres proclament la joie de la création,
Mais que l'homme agisse".
Car le fruit de l'effort humain est enfoui dans l'action.
Les oiseaux ne se souviennent pas de leurs actes, ni de ceux des
autres ;
C'est pourquoi ils reviennent aux anciens lieux.
Que l'homme oublie donc ses fautes, qu'il lutte sur le sentier du grand
Silence et de la Béatitude.
Le grand Silence est comme le grondement de l'Océan, et la quiétude
d'une maison vide.
17 juillet.

         [315]. Nous décidons de t'envoyer Notre Parole dans les rayons du
matin.
Non pas en rêves ou en désir, mais dans l'unité de l'esprit.
Voyant la Béatitude, tu marches comme le Messager, qui porte Nos
Nouvelles.
Ne condamne pas, agis.
Ne médite pas, mais crée, trouve,
Et Moi-même, Je serai ton secours.
Oui, oui, oui.
J'ai dit !
17 juillet.

         [316]. Évite ceux qui n'entendent pas.
Passe à côté de ceux qui ne voient pas – oui.
Maîtrise !
18 juillet.

         [317]. Ecoute et comprends.
Connais ton chemin.
Seigneur, donne force à mon cœur et pouvoir à mon bras.
Parce que je suis Ton serviteur.
Dans Tes Rayons, j'apprendrai l'éternelle Vérité de l'Etre.
Dans Ta Voix, j'écouterai l'harmonie du Monde.
Je Te donne mon cœur, Seigneur.
Sacrifie-le pour le salut du Monde.
Connais la vérité, la grande vérité des liens éternels entre le Père et le
Fils, et entre le fils et son fils.
Les fleurs et les fruits de Mon Jardin sont donnés à tous ; et vous
devez être les Gardiens de Mon Jardin.
A Mes Portails, Je sous placerai, et en Mon Nom vous proclamerez.
Que Ma Parole soit avec toi.
19 juillet.

         [318]. Nous manifestons des révélations à l'oreille sensible.
Et ton désir peut t'apporter Notre Voix.
Notre Rayon, tel un phare, fouille les ténèbres,
Et avec l'aide de sa lumière, le navire atteint le port.
Le crépuscule ne doit pas exister pour toi.
Ils demanderont : "Où est l'effort vers la perfection ?"
Réponds : "Dans l'Amour, dans la Beauté, dans l'Action.
Ces trois voies suffisent."
Même sous un arbre, tu te sens protégé.
Même sous un rocher, tu te sens à l'abri.
Mais comme tu te sentiras en sûreté sous Mon Rayon !
Dans le silence et dans le tumulte,
Ta voix atteint Notre Sommet.
Dans le brouillard, la lumière du phare semble s'affaiblir,
Mais Notre Rayon brille au milieu du tien.
Notre Rayon irradie, et dans le silence de l'océan, tu Nous chercheras.
20 juillet.

         [319]. Ils te demanderont pourquoi ton livre est si différent des autres.
Tu diras que leurs livres exposent la doctrine de la tranquillité, mais
Nous appelons à la bataille.
Dans l'explication, l'enseignement, l'approbation, résonne l'appel à la
bataille et à l'action.
Chaque saison offre des voies nouvelles.
L'esprit franchit le précipice.
Aide à toi, qui cours sur le sentier.
Aide à toi, qui as oublié le corps et le temps.
Aide à toi, qui as répondu.
Un Œil attentif veille sur toi.
Les aigles s'élèvent dans les airs, comme des messagers.
Et les tortues apportent leurs dons pour les boucliers.
Un miracle, un miracle, un miracle s'accomplit.
Et les guerriers entendront le Commandement.
21 juillet.

         [320]. Dans le brouillard, tu trouveras la voie, car Je suis avec toi.
Connais le caractère insondable des créations éternelles.
La Forme sans forme,
Le Son sans son.
Contemple la joie de la création, et réjouis-toi de la Sagesse du
Créateur.
La Gloire de l'Etre Éternel irradie dans les étoiles, et Sa Puissance a
pour symboles les plus hauts sommets de la Terre.
Parmi montagnes et vallées, parmi plaines et forêts, tu erreras à la
recherche de ton Maître.
O fou, pourquoi chercher si loin ?
Je suis ici, Moi, ton Maître.
Chéris en toi les pensées de service pour le Bien.
Seigneur de mes prières, aie pitié de mes efforts.
Ne me repousse pas pour mes transgressions.
Mon esprit chante la mélodie – Ta Mélodie.
Mais mon corps est fatigué et mes membres ne m'obéissent plus.
Elève, ton corps ne doit pas t'entraver sur le Sentier.
Maître, je vois Ta Face, je vois Ta Miséricorde.
Élève, Je suis ici, mais dans ton aveuglement, tu as oublié Ma
Présence.
Eternelle, insondable, élevée et grande est la Vérité.
Mais le chercheur s'approchera aisément et conquerra ses principes.
21 juillet.

         [321]. Observe la Nature quand tu t'y trouves.
Ecoute la manifestation de la création dans chaque son du désert.
Le Maître est dans chaque manifestation de ton esprit.
Dans Ses Rayons, tu trouveras la joie de créer.
Enfants, n'épargnez pas le temps dans la quête de la Vérité.
Les Grands Sages l'ont trouvée par une recherche intense.
Aies confiance en tes forces, et sache que tu as été choisi par Celui
Qui est ton Père en esprit.
Si, dans un moment de faiblesse, tu vacilles en chemin, tends la main,
l'aide viendra.
21 juillet.

         [322]. Je dirai à ceux qui frappent :
"Vous pouvez percevoir sur votre chemin un calice rempli de
spiritualité."
Sachez le remarquer.
Et si vous le reconnaissez, approchez-vous aussi près que possible.
Souvenez-vous : l'esprit, comme la flamme, éveille de nouveaux feux
et, tel un aimant puissant, attire.
N'écartez pas le bonheur qui vous est prédestiné.
Nous pouvons envoyer un appel, mais cet appel n'est pas répété.
Il faudrait garder une voie ouverte.
Je parle à tous ceux qui étouffent dans les cellules étroites bâties par
les hommes.
Approchez, vous qui désirez la joie, le jour de joie est à portée de la
main.
J'ai dit !
21 juillet.

         [323]. Pense aux étoiles qui, sans cesse, donnent leur lumière à
l'humanité.
Sois comme ces étoiles : donne amour, sagesse et connaissance aux
autres.
Lorsqu'on a tout donné, on peut alors recevoir.
Tu travailles en Mon Nom, ne l'oublie pas.
Souviens t'en particulièrement.
Partout où tu vas, porte avec toi Ma Lumière.
A quoi sert un agent qui se cache derrière des murailles
infranchissables ?
L'Instructeur est avec toi, et tu dois être en harmonie avec tes
condisciples.
Harmonie, harmonie, harmonie.
Ne te plains pas de ton sentier ; oublie l'orgueil mondain et ouvre-toi à
ce qui est Nouveau.
Vois !
21 juillet.

         [324]. Je te le dis : que la flamme de ton cœur s'embrase au feu de la
compassion.
La grande perle de la Connaissance Secrète est enfouie dans la
compassion.
Tous les Bodhisattvas, les Saints, les Martyrs ont lutté sur ce même
Chemin.
Souviens-toi de la légende des Sept Portails.
Le chemin épineux n'est pas une peine pour tous,
Pour certaines âmes, la couronne d'épines est plus douce qu'une
couronne de roi,
Et un vêtement grossier plus précieux que la pourpre royale.
21 juillet.

         [325]. Dans les forêts, cherche Mes Préceptes.
Au milieu des montagnes, écoute Mon Appel.
Dans le bruissement du ruisseau, entends Mon Murmure.
Est-ce vraiment un murmure humain ?
Non, c'est le rugissement de l'océan ou le tonnerre sur les cimes.
Je te demande : Où est ta fronde pour frapper l'ennemi ?
Sois prêt à combattre, Je suis avec toi.
22 juillet.

         [326]. Tu dois te souvenir de l'étincelle de Notre Pouvoir.
Elle éveillera les morts.
Mais comme les lucioles peu à peu faiblissent,
Il est aussi facile d'éteindre Notre étincelle.
22 juillet.

         [327]. Souviens-toi de la vigueur de l'aube.
La fraîcheur matinale est une boisson qui ranime ton esprit.
Hâte-toi d'en tirer profit.
O Toi, Fleur du lotus,
Rêve des Rêves,
Joyau à sept points !
En Toi est enfouie la connaissance de l'univers.
En Toi naît l'effort pour contempler les Mystères.
Temple caché de l'Inconnu,
Dispensateur des Eaux Vivantes,
Grand Médecin de l'Univers,
Ame qui veille sans cesse sur les terreurs du monde !
En Ta Lumière se baigne Ton fidèle serviteur.
Qui T'a choisi comme sa seule possession.
Seigneur de la Sagesse des Portails Célestes,
Erige Ton Trône au plus haut sommet des montagnes.
De là Tu verras mieux la crainte et l'angoisse des cœurs humains.
O Seigneur qu'on appelle le Compatissant,
Vois Tes fils plongés dans les ténèbres humaines.
Ténèbres, ténèbres, ténèbres.
Lumière, lumière, lumière.
Sans ténèbres, il n'y aurait point de lumière, parce qu'on ne peut voir
la lumière que dans les ténèbres.
Mais là où demeure le Seigneur il n'y a ni ténèbres, ni lumière.
Tout est Un.
Mystère des Mystères.
Saint des Saints.
Non saisi par les hommes, il demeure pur ;
Mais il perd sa transparence lorsqu'il est saisi par la pensée humaine.
Telle est la Loi.
Suis la bannière de la bataille.
23 juillet.

         [328]. Par les déserts, les mers, les montagnes, vous passez en un
souffle.
Et là, face à face, nous nous rencontrons.
Il n'y a pas de distance. Le temps n'existe pas.
Le pouvoir de la connaissance est révélé.
Il est facile de s'élever, quand on a des ailes.
Je dirai que c'est facile à ceux qui sentent leurs ailes.
Mais ceux pour qui la coupe de frivolité est douce, ne volent pas.
Où s'envoleraient-ils loin de leur délice ?
Tu apprendras par expérience que les désirs terrestres ne valent rien.
C'est simple, parce que tout est simple.
Elève toi par tes pensées. Vole par l'affirmation.
Vole par l'amour.
Et tu réaliseras la joie de voler.
Et de nouveau le courant de la vie restera sous tes pieds.
Et un miracle de couleurs flamboyantes irradiera près de la splendeur
de la Croix du Sud.
Tout peut être atteint.
24 juillet.

         [329]. Pourquoi mortifier ton corps ?
Pourquoi détruire ce qui t'est donné par le Créateur ?
Cherche de nouveaux chemins !
Trouve ta voie parmi les difficultés de la vie.
Je suis ici – ton Maître parle. Sois ouvert avec Nous.
Ne t'enterre pas dans la vie.
O Toi, Créateur de l'Univers,
Toi, sommet des Cieux, Gloire des Gloires !
Grand Non-manifesté dans le Commencement,
Manifesté à la Fin !
Oui, oui, oui.
Qu'est-ce que le Commencement ? Qu'est-ce que la Fin ?
Réjouis-toi en chemin.
Donne ta gratitude au Dispensateur de tout Trésor.
Il entendra ta prière au milieu de la plus grande clameur de la rue.
Ne tombe pas dans le désespoir.
Frappe à la porte. Elle n'est jamais fermée.
Et le Maître t'attend dans Sa Maison.
Ne partage pas les mets de choix de la table du Seigneur.
Mais écoute Sa Parole.
24 juillet.

         [330]. Enfants préparez-vous à une immense ingratitude.
Vous pouvez donner le plus précieux, et ils ne le remarqueront même
pas.
Mais n'ayez aucun regret.
Voyageur, tu dois renoncer à toutes les possessions qui t'entravent, car
plus tu renonces, plus facile est ton sentier.
Sois reconnaissant envers ceux qui t'ont pris quelque chose.
Ils t'aideront. Ils prirent soin de toi.
Ainsi, celui qui va légèrement monte aisément les hauteurs.
Et tu apprendras comment atteindre le sommet.
Ainsi, sois reconnaissant envers les ingrats.
J'ai dit, Je t'envoie la Béatitude.
25 juillet.

         [331]. Travaille, la voie est ouverte au travail.
Les possibilités les plus grandes sont entre tes mains.
Ma couronne soit avec toi, car J'ai donné la couronne.
Sois sur tes gardes. Attends Notre Aide à tout moment.
Mais n'attends pas de récompense.
La récompense n'est pas pour toi.
Vous, les travailleurs, devez poursuivre résolument, sans vous soucier
du danger, ni de la joie future.
Souviens-toi de ce que Je t'ai dit.
Ne jouis pas du fruit choisi à la table du Seigneur,
Partage seulement ce qui t'est donné pour bénéfice de ton travail.
La récompense vient, mais l'attente ne l'apporte jamais.
Le Christ Crucifié a-t-il pensé au salut de Son Ame ?
Même dans une moindre mesure, essaie d'être comme Lui.
Compassion, Compassion, Compassion.
Bien des fois déjà, Je vous ai enjoint d'être comme ceux qui sont
compatissants.
Enfants, élèves, Mes enfants, soyez heureux
La plus grande joie est proche.
Moi-même, Je l'atteste, Je l'affirme.
26 juillet.

         [332]. Lorsque à travers ton corps temporaire brille l'éclat de l'esprit,
N'es-tu pas rempli de force et de joie ?
Tout ton être ne fusionne-t-il pas dans la joie de l'effort de ton esprit ?
Alors, Je suis près de toi.
Alors ton oreille discerne le bruit de Mes Pas.
26 juillet.

         [333]. Toi qui écoutes,
Toi qui as l'œil ouvert,
Toi qui Me perçois,
Sois béni.
Que Mon Nom soit pour toi un talisman forgé.
Puissent les profondeurs des Cieux répandre sur toi leur abondance.
Mes Bénédictions soient sur toi.
Comme un faucon, regarde dans le lointain.
Tel est Mon conseil.
Vous, Mes disciples, voyez !
Songez au futur, et vous verrez le monde se régénérer.
Dans votre effort, n'oubliez pas la compassion.
Comprenez-Moi.
Souvenez-vous, l'Art est l'unique agent vital de la culture prochaine.
Tu approcheras par la Beauté.
Je t'exhorte à prononcer la Beauté.
L'un dit : Amour.
Un autre dit : Action,
Toi, tu dis : Beauté.
Si tu veux que les portes s'ouvrent, prononce Mon signe.
J'ai dit Beauté dans le combat et la victoire.
J'ai dit Beauté, et l'échec a été couvert de Beauté.
Les montagnes fleurirent de Beauté.
Et tu dois ouvrir la voie pour les fleurs de Beauté.
Que viennent les enfants, qu'ils se prosternent devant Celui qui amena
la Beauté du grand Univers.
Comprends : il n'y a ni possessions – ni décision, ni orgueil, ni
repentir.
Il n'y a qu'une seule chose : la Beauté.
Et Je te la confie.
Protège, répands et affirme cette Beauté.
Là est ton chemin.
Par la Beauté, Je rencontrerai ceux qui M'atteindront, et ils sont déjà
en route.
27 juillet.

         [334]. Ta joie est Notre Joie.
Lorsque la fleur enchantée d'une caresse s'épanouit sur la terre, une
nouvelle étoile naît dans l'Infini.
Innombrables sont les étoiles.
La voie lactée du bonheur unit tous les mondes.
Seigneur, l'oiseau du bonheur voudrait chanter à ma fenêtre.
Je ne comprendrai pas ses mots, mais j'oserai.
A l'heure matinale, un seul mot viendra à moi,
Et mon cœur chantera : acquitté, acquitté, acquitté.
Est-il possible pour un mot, une caresse, d'être acquitté par Toi ?
Par Toi, qui as tissé la trame de la Gloire et de l'Univers éternels ?
Mon Fils, la caresse fait partie de la Vérité.
Et la Vérité est dans la Beauté et dans l'Amour.
Comprends-le, Mon Fils, à l'heure de minuit.
A l'aube, Je frapperai à ta porte.
Un jour encore, et ta fleur grandit.
Simplement, tu prononces les mots de la construction du Temple.
Je vois un sourire ; J'entends même rire.
Béni sois-tu si tu peux poser les pierres et les cimenter avec le rire.
Joie aux mondes !
J'ai dit.
27 juillet.

         [335]. Voyageurs, pourquoi vous hâtez-vous en chemin ?
D'où venez-vous ?
Où allez-vous ?
Nous allons là où le fleuve se fond avec les nuages, là où la forêt
fusionne avec l'horizon.
Ne voulez-vous pas vous reposer en chemin ?
Ne voulez-vous pas goûter les eaux de la source pure ?
Non, nous devons atteindre notre but.
Le crépuscule enveloppe déjà les montagnes lointaines
Et le rossignol a chanté dans la forêt voisine.
Nous devons nous hâter.
Les voyageurs avancent. Le but approche.
Les nuages se transforment en temples.
Mais le chemin est long et le crépuscule s'assombrit.
Pèlerins solitaires – regardez en avant.
Sur le chemin marchait un Étranger.
Que le Seigneur ait pitié de vous.
J'ai dit.
28 juillet.

         [336]. Chutes d"eau, herbes vertes, oiseaux et vents chantent pour moi.
Et de mon élan naît une chanson.
Je monte aisément.
Mais quand le vent s'arrête, quand les oiseaux s'envolent, et que
l'herbe s'affaisse, que ferai-je, Mon Seigneur ?
Alors, regarde-Moi.
Quand les montagnes dressent des cimes toujours nouvelles,
Quand les abîmes traversés montrent de nouvelles montagnes,
Quand j'aurai traversé tous les déserts et escaladé tous les sommets,
Que verrai-je, Seigneur ?
Tu Me verras, Moi.
Chaînes de bonheur et chaînes d'esclavage.
L'esclave traîne lourdement ses fers ;
Les chaînes de joie résonnent allègrement.
Comment distinguerai-je les chaînes, Seigneur ?
Accorde ton oreille.
30 juillet.

         [337]. Celui qui est avec Nous connaît souvent une heure de bataille.
Mais il sait qu'il est toujours vainqueur.
Regarde ceux qui appellent.
Quelle beauté ! Non seulement ils voient la Beauté, mais ils veulent la
partager avec toi.
Partager est le gage de la victoire.
Et les mots qui ouvrent sont clairs.
Mais bien peu savent les appliquer aux portails.
Nous percevons la fête du travail.
Tu jettes obstacles et préjugés dans les flammes purificatrices.
Quel bûcher sur la montagne illumine ton chemin !
L'effort ouvre des voies nouvelles.
31 juillet.

         [338]. Qui frappe ?
Est-ce toi, fugitif ?
Maintenant, Je vais te dire :
Tu m'as délaissé aussi sûrement qu'avant tu bâtissais Mes Demeures.
Tu as essayé de te cacher dans les sanctuaires de Mes Temples.
Tu t'es caché derrière les marches des trônes.
Changeant ta face, tu t'es voilé dans les plis des tentes.
Tu as cherché la délivrance dans le son de la flûte et des cordes.
Où t'es-tu sauvé ?
Maintenant, tu es devant Moi, mais Je te dis :
Tu es revenu vers Moi. Une fois encore, tu as trouvé Mes Portails.
Tu as vu combien ton mental avait pâli, et ta joie s'était dissipée.
Tu as compris que celui qui frappe sera admis,
Et que celui qui a été accepté est pardonné.
Tu as trouvé des portes meilleures et tu es venu, voyant que ta fuite
n'en finissait pas.
J'admettrai celui qui frappe et lui dirai :
Pour toi, J'ai préservé la joie. Prends ton calice, et travaille.
Et toi, le nommé Avirach,
Tu sais déjà que la fuite est vaine.
Tu te tiens droit à présent, en approchant des portails,
Et ton calice t'attend.
1 août.

         [339]. Joie ! Il n'y a pas d'heure de joie présente.
Il y a une heure de bonheur passée.
Et il y a une heure de joie future.
L'heure passée retarde,
L'heure future te rapproche.
Et J'ai ordonné pour toi des heures de béatitude future.
Joie !
Rien de ce qui peut te retarder n'est sage.
Vis dans l'heure du bonheur futur.
Joie !
3 août.

         [340]. Apprends à protéger le Bouclier.
Essaie d'arriver plein de ressources.
Ce qui est nouveau est difficile, l'ancien est périmé.
Les nuages ne doivent pas cacher les montagnes.
Ni complaisance envers soi, ni évasion n'aideront.
Seul le travail créateur conduit à la conquête.
Comprends le travail de manière large.
Le blizzard aveugle les yeux, mais non l'esprit.
4 août.

         [341]. Protège l'esprit.
La dévotion se prouve dans l'action.
5 août.

         [342]. Où est la prière ?
Où est le mantram ?
Où est la conjuration ?
Où est l'invocation ?
Je dirai ma prière en regardant le soleil.
Si mes yeux ne peuvent supporter la lumière de l'Univers, je les
fermerai.
Et rempli des étincelles de Sa Radiance,
Je dirai pourtant :
Je vois mon sentier, et je le suis en luttant du plus profond de mon
être.
Je repousse les ennemis, je renonce à toute possession, je viens à Toi.
Ma Parole pour Toi est ma prière.
Je la répèterai jour et nuit, au travail et pendant la veille nocturne,
Lorsque les yeux ne discernent plus les limites entre ciel et terre.
Que de préparation, de pensées et d'effort,
Pour te dire mon seul mot : "Je T'aime, Mon Seigneur".
C'est là ma seule prière.
Si longuement, je me suis préparé.
Si longtemps j'ai attendu mon mantram.
Et il est si court.
Ne te détourne pas, O Seigneur !
Je ne puis rien ajouter à cette phrase.
Et maintenant ma conjuration :
Seigneur, Tu ne m'oublieras pas.
Je Te trouverai. Je connais toutes Tes Demeures,
Tu es en tout !
Miséricorde, Seigneur. Ma prière est simple.
Mon mantram est bref, et opiniâtre ma conjuration.
Mais si je ne peux Te quitter, Tu ne peux Te cacher à ma vue.
Mon oreille est consciente de Ton Pas.
Ma bouche est douce de Ta divine Saveur.
Tu es ma nourriture.
Aurai-je le temps de te conjurer, Seigneur ?
Je crains que ma prière ne Te déplaise, et que mon mantram ne soit
pas acceptable.
Mais je retiendrai Ton Manteau entre mes mains.
Seigneur, j'oserai,
Et par cette audace, je gagnerai l'océan du bonheur.
Parce que je le veux.
Ainsi J'ai dit : Crée, comprends et ouvre tes portes.
Ils peuvent faire pression, mais tu peux traverser en souriant.
Toi qui sais, va et atteins.
7 août.

         [343]. Ils se vantent de recevoir Nos messages,
Mais n'ont renoncé à aucune habitude.
Le doute retarde leurs pas,
Et leurs paroles ont l'amertume de la trahison.
Ils se baignent dans un étang et le prennent pour l'océan.
Gare à la trahison.
9 août.

         [344]. Les nouveaux se manifesteront dans l'action.
Ils révèleront le bouclier de Beauté, et remplis d'amour, ils ouvriront
les portes à ceux qui frappent.
La terre s'effondrera sous les pieds de l'aveugle,
Et le sourd sera détruit.
J'envoie une source vivante
Pour baigner tes yeux et tes oreilles.
Le Miracle s'accomplira,
Et un Pont de Beauté conduira vers un nouveau chemin.
J'ai dit.
26 août.

         [345]. Dans les anciens cultes, il restait toujours des vestiges
d'enseignements spirituels.
Même l'ancienne ronde chorale conservait le principe de la spiritualité.
Au centre était l'élu – le plus souvent, une femme.
Autour d'elle tournaient les danses rituelles du chœur.
L'élue demeurait au centre, comme inerte.
Mais tous les mouvements, toutes les invocations semblaient lui être
adressés.
Et elle prenait sur elle la signification exprimée de toutes les
aspirations.
Il en est de même dans l'enseignement de l'Esprit.
Le disciple acquiert l'illumination de la joie.
Il assume des recherches innombrables,
Il accepte la glace de la solitude.
Et il doit supporter le fardeau de la focalisation.
Comme seul, comme muet, comme sans aide aucune,
Il porte en lui-même le fardeau de tous.
Ainsi, dans le calme, dans la solitude glaciale,
Il attend, et accepte le fardeau de tous les appels.
Comme la fondation d'un bâtiment,
Il se laisse entourer, en silence,
Il multiplie ses mains par dix, Il magnifie son cœur ;
Sa croissance spirituelle doit être telle qu'il puisse répondre à tous
ceux qui se tournent vers lui :
Et cependant, il n'a pas peur.
Il sait que son temps est proche.
Ceux qui frappent, qui menacent, ceux qui oppressent doivent venir, et
il doit les rencontrer.
Ils l'entourent un moment et il n'y a pas d'issue.
Mais l'épreuve n'est pas sans fin.
Car toute proche est la possibilité du sentier le plus intime.
Tel est le fardeau de la focalisation.
Et c'est bien si des mains amies se tendent, si le chœur est imprégné de
bonne volonté.
3 septembre.

         [346]. Ne cherche pas le soir à midi.
Derrière la charrue, paysan, ne prie pas pour le repos.
4 septembre.

         [347]. De l'amour, Je puis dire que dans les âmes pures, il se précipite
toujours vers le haut.
Mais la compassion se déverse vers le bas.
On peut aimer Dieu,
On peut le représenter comme un Martyr prodigieux,
créateur des pensées pour le Bien du Monde.
On peut même hardiment et avec confiance, frapper à la porte de Son
Temple.
Et si l'on frappe avec conscience, on reçoit, en retour, une force
nouvelle, même si elle n'est pas immédiatement reconnue.
7 septembre.

         [348]. Il y a beaucoup d'incompréhension dans l'océan de l'humanité.
L'esprit sait,
Mais il est nécessaire de manifester ces signes au-dessus du feu.
Le feu de l'action vitale fait croître les ailes de l'esprit.
Le sel est dans les profondeurs de la mer,
Mais seule l'œuvre des courants le fait connaître.
L'œuf du rossignol porte en lui l'embryon du chanteur,
Mais le chant ne s'élève qu'après l'action du processus vital.
Heureux chanteurs, chantez à la Gloire du Sourire du Créateur !
Il n'y a ni grands, ni petits ;
Un sentiment émis dans l'espace retourne, comme un boomerang, à
son point de départ.
17 septembre.

         [349]. Ayez confiance dans les nouveaux !
L'Instructeur a la force de tenir le bouclier jusqu'au point où le
bonheur est atteint.
L'Instructeur comprend lorsqu'une main secourable est demandée.
L'Instructeur est prêt à secourir.
L'Instructeur peut envoyer des êtres nouveaux.
L'Instructeur peut répandre l'Enseignement.
L'Instructeur considère l'audace comme une action héroïque.
L'Instructeur révèle la force au fidèle.
19 septembre.

         [350]. On a enseigné au peuple les héros de l'antiquité.
Pourquoi, lors du changement de races, l'accomplissement ne brille-til
pas de nouveau ?
Le Bouclier de Notre Fraternité est prêt à protéger la recherche de
lumière.
Nous nourrissons comme des semences tes efforts les meilleurs.
Bénies sont les voies de la Beauté ;
Il faut répondre au besoin du monde.
Le miracle de la Vie Nouvelle est voilé de haillons mais il se perpétue.
Ne crains pas l'écume des vies ;
Lorsque la marmite bout, la vapeur s'en échappe en spirales.
Sur le chemin de l'accomplissement, il n'existe nulle crainte, et le feu
du cœur illumine la voie de Vérité.
La Vérité éternelle réside dans la beauté de l'esprit.
L'esprit sait où se trouve la Beauté.
20 septembre.

         [351]. Le chagrin fuira la nouvelle ronde de l'humanité.
L'enfant dégainera l'épée de bataille en souriant.
Le peuple lèvera l'icône.
Je vais par le désert.
Je porte le calice couvert d'un bouclier.
Pourquoi de la poussière à l'endroit du sacrifice ?
Pas de sport ou de jeu là où se construit le Temple.
Pas de rivalité, pas de recherche égoïste là où se transmet le pouvoir
de la beauté.
Enlève la poussière.
Je confirme que le mal ne doit pas se cacher dans les interstices.
Protège le calice.
21 septembre.

         [352]. Tu peux facilement enlever la poussière si tu te hâtes.
Il ne faut rien négliger.
23 septembre.

         LIVRE DU SACRIFICE

         [353]. Par quel pouvoir t'affirmeras-tu ?
Comment réaliseras-tu Notre Œuvre ?
Par le Pouvoir que Nous donnons.
Parlerai-Je du pouvoir, lorsque toute la folie, toute l'ignorance et toute
la vanité luttent pour le pouvoir ?
Mais Je dis et J'atteste : Notre Pouvoir est différent.
Notre Pouvoir est sacrifice.
Je l'expliquerai brièvement
Lorsque Kurnovoo, le Régent, érigeait les Portes d'Or,
Il s'efforça d'entrer dans le Temple.
Néanmoins, il acheva Son sacrifice.
Quand Salomon cherchait le pouvoir de la Beauté,
Quand par la Sulamite, fut révélé le symbole de la Vérité surhumaine,
Il resta pourtant roi, et acheva Son sacrifice.
Quand l'instructeur spirituel du Tibet,
A-lal Ming, désirait aller à la montagne où le Seigneur lui était d'abord
apparu,
Il resta cependant dans la vallée et accepta le calice.
Lorsque le Sheik Rossul Ibn Rahim s'efforçait de transmettre Son
pouvoir à Son fils,
Il entendit la voix, et renonça à tout pour aboutir.
Quand l'Instructeur Origène sacrifiait corps et esprit pour enseigner
aux hommes les dernières paroles du Christ, Il conserva quand
même le fardeau de l'enseignement.
Lorsque Serge de Radonega déclinait le trône du Métropolite,
Lorsqu'il apprenait à communier avec les animaux,
Il continua à construire des monastères
Et garda Ses disciples autour de Lui.
Quand Akbar, dit le Grand, posait les pierres de l'unité de l'église,
Son âme languissait d'être sous l'Arbre de la Sagesse,
Où Il fut illuminé,
Mais Il resta cependant sur les marches du trône.
Sachant où est l'accomplissement,
Sachant que le pouvoir est sacrifice,
Affirmant la victoire, tu diras :
"Seigneur, que ce calice s'éloigne de moi".
Alors tu as atteint le pouvoir de créer,
Et ton esprit est déjà invincible.
Souviens-toi de ce livre du Sacrifice.
Car il révèle les Portes de l'Accomplissement et de la Disponibilité.
Etant préparé, tu sais tout.
Parce que tout te sera ouvert, donné et dit.
Mais écoute, et souviens-toi seulement.
Surtout lis et répète.
Parce que souvent la forme physique obscurcit la connaissance de
l'esprit.
Et lorsque tu verras la conflagration prophétisée, tu diras :
"Voilà pourquoi hier j'ai sauvegardé mes possessions".
Et voyant l'éclair, tu baisseras la tête, en révérant la Volonté du
Seigneur.
Je l'ai dit, Je l'ordonne – chéris-le.
25 septembre.

         [354]. Réveille avec amour la lumière de la beauté,
Et manifeste au monde, par l'action, le salut de l'esprit.
26 septembre.

         [355]. Il en est ainsi, lorsque l'esprit en vient à réaliser le service.
De nouvelles ailes poussent, et l'air environnant chante la nuit.
Le sentier de lumière se montre à la vue étonnée.
Et la résolution du mental érige les marches du Temple de la Vérité
Une.
Améliore le cerveau, nettoie les oreilles, baigne les lèvres.
Tu seras toi-même le témoin de ta propre folie.
29 septembre.

         [356]. Enseigne Ma Voie.
Que les hommes apprennent ce qu'est la nature humaine.
Ils percevront l'essence du Service.
Ils saisiront la joie de la Beauté.
Ils acquerront cette simple vérité, qui transforme la vie en miracle.
Notre Bouclier est invisible,
Mais pendant la nuit, tu peux sentir l'affirmation des murmures du
jour.
Pour Nous, il n'y a pas eu de temps plus complexe que celui-ci,
lorsque changent les races.
Il faut répartir les forces ;
Pauvre est le chimiste qui, au lieu d'une goutte, verse le seau.
Oui, le conflit invisible n'a jamais été aussi grand.
Toute l'orbite terrestre y est impliquée à présent.
Ne regarde avec légèreté les perturbations du monde.
Les forces sont si tendues qu'un torrent d'indications coulent sur la
Terre.
Lorsque demain, Je parlerai du Livre de la Joie, n'oublie pas les appels
à la bataille !
30 septembre.

         LIVRE DE LA JOIE
23 septembre.

         [357]. L'arbre peut-il se dresser fermement ?
Oui, oui, oui :
Si ses racines s'enfouissent profondément et se cachent dans le sol.
Je t'ai parlé de beauté, Je t'ai parlé d'amour, Je t'ai parlé d'action.
Je t'ai parlé de dévotion, Je t'ai parlé de disponibilité et de compassion.
Je t'ai indiqué la fenêtre de la bataille.
J'ai expliqué la signification du courage,
Enfin, Je t'ai appelé au Grand Service.
Dans quel vêtement gravir les marches du Temple ?
Quel noble manteau couvrira la nudité et l'ombre de nos corps ?
Dans tout l'Univers pulse le tissu de la Genèse de la Vie.
Dans tout l'Univers s'étend le noble Manteau.
Et frémit, et vibre, et résonne la joie.
Dans ce manteau tu graviras les marches.
Ce manteau couvrira ton corps.
Ils déchirent le Vêtement du Seigneur.
Ils se moquent de Ses haillons.
Mais la fille du monde et la Mère de l'Univers rassembleront les
lambeaux de ce Vêtement.
Et tu viendras, prêt à recevoir ton vêtement.
Car pourquoi le pouvoir, pourquoi le sacrifice, s'il n'y a pas la joie ?
Et, où est la compassion,
Et, où est la dévotion,
Et, où est l'amour de la création,
Si tes épaules ne sont pas couvertes du Vêtement de la Mère du
Monde ?
Et lorsque vous érigez le Temple de la Beauté,
Et lorsque, à l'entour, vous tracez Mon Jardin de Joie,
Alors nommez ce Jardin en Mon Nom,
Car Je vous ai dit :
Enfants, réjouissez-vous !
Et, traversant la frontière du pouvoir et du sacrifice,
Vêtus du rayonnement de joie,
Nous parlerons, demain, de la prière.
Le Livre de la Prière et de l'Accomplissement, conclura la première
trilogie.
Réjouis-toi, réjouis-toi, réjouis-toi !
Et tu leur diras : "Nous connaissons la bataille, aussi la joie nous
habite ;
Et nous connaissons le Service : aussi la joie irradie nos visages".
J'envoie Joie, Bienveillance et Vérité.
Car tout y est.
3 octobre.

         [358]. Il faut opposer le pouvoir de la construction aux destructeurs.
Apprenez à appeler les nouveaux à la construction.
Par-là, vous Œuvrez à l'unification.
Les Jours des Ténèbres sont proches.
Je te charge de garder le bouclier et d'avoir confiance,
Car déjà Mon Signe s'est manifesté.
Le bonheur est venu, ne le malmène pas.
Des ailes portent à travers le monde la joie de la manifestation de Nos
Révélations.
Discerne les manifestations ; Mon Bouclier est puissant.
4 octobre.

         [359]. Nous affirmons les alliances des Prophètes.
Dans une pure démarche, Nous guidons ; nul ne regrette d'avoir
approché la race nouvelle.
Sa première exigence est d'amener l'esprit à la vie.
Et les fragments, accumulés à travers les âges, se mettront en place.
Le rayon de la compréhension de la beauté de la vie étincellera dans la
simplicité.
En un nouvel envol, l'esprit englobera le monde.
Les temps sont difficiles, mais sans précédent.
Des nuages vous entourent, mais Mon Rayon est avec vous.
14 octobre.

         LIVRE DE LA PRIERE

         [360]. Guerrier, est-il possible d'entrer dans le Saint des Saints du
Temple avec la lance et l'épée ?
Ami, je suis sur le chemin de l'accomplissement, comment puis-je
quitter mon armure ?
Guerrier, Je garderai pour toi ton armure sur les marches du portail.
Ami, je suis venu consacrer toutes mes possessions, comment puis-je
les quitter ?
Père, dessèche ma main si elle se lève pour une action mauvaise !
Père, réduis en cendres mon cerveau s'il se replie sur une pensée de
trahison !
Père, démolis mon être s'il se tourne vers le mal !
Mon fils, Je ne toucherai pas ta main.
Mon fils, Je ne blesserai pas ton cerveau, si tu chemines vers
l'accomplissement.
Mais, en pleine réalisation, consacre du temps au silence de l'esprit.
Alors, J'approcherai ton être intérieur.
La semence du Grand Silence conduit à la connaissance du Grand
Service.
Père, dorénavant je raccourcirai mes psaumes, je limiterai la longueur
de mes hymnes.
La réalisation sera ma prière.
Et je la commencerai en silence.
Frère, dans tous tes commencements, souviens-toi du temps du
silence.
C'est alors que le Messager du Commandement t'approche.
Et comprenant ainsi la prière et l'accomplissement,
Glorifiés par la beauté, embrassant fermement le pouvoir dans le
sacrifice, tu atteindras le Temple.

         FIN DE LA TRILOGIE
18 octobre.

         [361]. Je transmettrai dans la vie votre sensibilité ;
Observez donc tout ce qui arrive autour de vous.
Il faut savoir distinguer entre la chance et l'indication.
De nouvelles possibilités grandiront dans la compréhension de ce qui
est rendu manifeste.
Ainsi s'édifie le Temple : en ne perdant pas les pierres données.
Le travail, non l'espoir, guide les bâtisseurs.
Et la consonance du diapason vaincra la clameur rauque de l'infirmité
humaine.
25 octobre.

         [362]. A l'aurore, Nous déploierons Nos Bannières.
Nous illuminons les Boucliers de l'Est avec la lumière de l'Union
Sacrée.
Nous déploierons les Bannières couvertes par Notre Bouclier.
Et la voix couvrira les affaires de chaque jour.
Nous désirons parler de sujets de grande importance.
Ne te plonge pas dans un nuage de poussière quotidienne.
26 octobre.

         [363]. L'esprit pur amène l'heure de la prière, et rassemble les particules
spirituelles éparpillées.
L'œil perçoit Notre Aide, l'oreille l'entend, le mental la comprend.
Un esprit tombé ne se relève pas vite de la poussière.
Il faut tendre une main à tous ceux qui sombrent ;
Et le sourire éclatant ne se fane pas, car sa chaleur est Divine.
28 octobre.

         [364]. Je t'appelle.
Je te proclame Mien.
Et les clés des portes de la confiance tintent à ta ceinture.
Mais combien ont approché ces Portes !
Et ont même essayé de tourner la clé,
Mais ils ne savaient pas comment ouvrir.
Et ce qui est manqué ne peut se répéter.
Lorsque vous approcherez de la serrure, n'invitez pas le vieux passant.
N'appelez plus ceux qui ont montré leur ignorance.
A chaque croisée des chemins, des nouveaux vous attendent.
Et chaque pierre du bâtiment vous apporte Mon Signe.
Lorsque vous entrerez et commencerez à construire la tour,
Mesurez ses fondations et cernez le roc au-dessous ;
Parce que de cette tour, vous verrez au loin, ô constructeurs !
Je te parle brièvement,
Car tu dois comprendre et te souvenir.
Souviens-toi, souviens-toi, souviens-toi de ce que Je t'ai dit.
J'ai dit.
1 novembre.

         [365]. Le Secret se révèle en sûreté.
Ne détruis pas les hommes en leur confiant trop de choses.
Souvent le poids du fardeau ne présente qu'une vue de dos.
4 novembre.

         [366]. En approchant la montagne, on voit un chaos de pierres et de pics
dentelés.
Après quoi, les crevasses.
Puis les hauts plateaux couverts de neige.
Mais derrière les pics neigeux, tu verras
de grandes distances étincelantes.
Tu traverses le corridor de la vie,
Et tes pas soulèvent la poussière.
Combien encombrant le fardeau, combien nombreuses les
renonciations, combien grande la peur
Où est resté le Trésor du Monde ?
Mais si tu ne portes avec toi qu'une pierre précieuse ou une perle rare,
les oublieras-tu ?
Non, tu les garderas soigneusement.
Tu chercheras dans tes poches, tu fermeras les boucles, car tu portes
un trésor terrestre.
Que de soin !
Tu demanderas : "Comment, dans la tension de la vie, se souvenir du
Trésor du Monde ?"
En souriant, Je te dirai que cela est simple :
Recueille sur la plage un galet poli par les vagues, et porte-le avec toi,
en te souvenant du Trésor du Monde.
Et lorsqu'ils se presseront autour de toi et couvriront tes vêtements de
poussière,
Prends alors, dans ta main, la pierre choisie,
Et n'oublie pas le Trésor du Monde que Je t'ai ordonné de garder.
Souviens-toi, souviens-toi, souviens-toi.
J'ai dit.
6 novembre.

         [367]. Des bergers ont reçu des révélations.
Des empereurs les ont cherchées.
Des scribes les ont traquées.
Des chefs les ont craintes.
La Voix de Dieu recouvre tout lorsque l'esprit est prêt.
7 novembre.

         [368]. Le pouls révèle la synthèse des vibrations.
Tout organisme, jusque et y compris l'Univers, possède son propre
pouls.
Même par le pouls de l'homme un appareil sensible est mis en action.
Le pouls des atomes crée une combinaison énergétique qui peut
aisément s'exprimer par une formule.
Mais il est encore défendu de la rappeler, parce que cela conduirait à
la destruction.
Je parle de poussière parce qu'elle pénètre profondément et sert de
gant à la main ennemie.
Ainsi les hommes laissent derrière eux des gants chauds et gris pour le
visiteur des ténèbres.
22 novembre.

         [369]. La clameur du monde choque la croissance de l'esprit.
Cependant, par la persévérance, vous avancez vers les Portes ;
Par la compréhension, vous passez les Portes du service.
Mais surtout, souviens-toi du lotus de la Confiance, aussi bien de jour
que de nuit.
24 novembre.

         [370]. Lis et considère combien de fois le Christ Lui-même se retira
dans la solitude.
Même Son Esprit eut besoin de prana.
Observe : les manifestations quotidiennes sont pleines de profonde
signification.
25 novembre.

         [371]. Écoute !
Parce que Je veux que vous m'approchiez joyeux et radieux le jour de
la Grande Obscurité.
En vérité. Je t'ai confié beaucoup,
Je t'ai donné des dates et des avertissements,
Je t'ai accordé la possibilité de la victoire,
Et t'ai révélé les Secrets de Nos Décisions.
Tu peux triompher et recevoir l'illumination,
Mais donne-Moi ton offrande.
Si tu as peur,
Donne-Moi la peur.
Si tu es dans le doute,
Donne-Moi le doute.
Si tu es en colère.
Donne-Moi la colère.
Et si tu me donnes une poignée d'objets triviaux,
J'accepterai même ces jouets poussiéreux pour les refondre dans Ma
Tour.
En vérité, si vous voulez à nouveau utiliser le don dans la vie,
N'oubliez pas la vraie valeur de celui qui reprend ce qu'un jour il a
offert.
J'ai donc accepté la peur, le doute, la colère : c'est pour Moi.
Tandis que le sentier de Lumière est pour vous.
Parce que Je veux que vous m'approchiez joyeux et radieux le jour de
la Grande Obscurité, – avant le lever du Soleil.
2 décembre.

         [372]. Je te connais, toi qui grattes à la porte.
Tu espères entrer dans Ma Maison sur les épaules d'un invité.
Je te connais.
Tu es devenu subtil et plein de ressources.
Même plus que beaucoup des Miens.
Tu as préparé tes habits et bouclé ta ceinture.
Tu as même étudié toutes mes expressions.
Je t'entends même parler de Joie
Mais ici Je t'arrêterai.
Tu n'oses pas prononcer la joie de l'amour.
Ta joie est celle de la haine.
Mais derrière la haine plane l'ombre détestable du doute.
Et le doute n'est pas digne d'un bouclier.
Je recevrai tes flèches sur Mon Bouclier.
Mais si tu persistes,
Avec un sourire, Je t'en lancerai – une seule.
6 décembre.

         [373]. La vérité ressort des lamentations du corps.
Bien que le cavalier éperonne sa monture,
Des ailes le conduiraient plus vite.
9 décembre.

         [374]. Pourquoi la Terre est-elle dévastée ?
Pourquoi le Temple a-t-il été détruit ?
La colère du Père passera.
L'oiseau du matin est prêt à chanter les dates.
La prophétie des jours va s'accomplir.
Et les calices des Archanges sont remplis à ras bord.
Que le Nom du Seigneur soit sanctifié !
Le peuple s'élèvera par l'esprit.
L'essence du miracle est simple :
L'Amour est le miracle, la Beauté est le miracle.
9 décembre.

         [375]. Lorsque les nuages obscurcissent le ciel et que jaillissent les
éclairs,
Ne vaut-il pas mieux rester entre les murs de la maison ?
Bien que la pluie pénètre par les volets,
Il n'y aura cependant aucun danger.
Si vous saviez ! Il y a l'expérience de l'action,
il y a l'expérience du silence.
Quand Je dis : agis, lance toutes tes ressources en action.
Quand Je dis : silence, cherche tous les moyens de silence.
Et si l'expérience de l'action est longue, celle du silence est brève.
Alors, agissez par le silence.
Mais si vous voulez démontrer la force de l'action,
Rassemblez les enfants – ceux du futur.
Et dans l'action avec les enfants, vous ne tomberez pas dans les pièges
préparés.
Le temps est court, et vous connaissez les dates.
J'ai dit.
12 décembre.

         [376]. Le meilleur remède, l'arme la plus efficace est que vous réalisiez
Notre Attention.
Affirmés en union avec Nous, vous progresserez invinciblement.
Donnant l'exemple de l'accomplissement, vous parviendrez à la stature
de géants.
La destruction terrifie certains ; d'autres s'en réjouissent.
Mais pour vous, chaque mur qui tombe n'est que la voie vers la
Lumière.
13 décembre.

         [377]. Je montrerai Mon Bouclier à celui qui est en route.
Je le montrerai à celui qui frappe tout égoïsme.
Je le montrerai à celui qui respecte la date indiquée.
Je le montrerai à celui qui perçoit le sentier du Service.
Je le montrerai à celui qui couvre sa tente de Mon Nom.
Je le montrerai à celui qui porte bien haut son bouclier.
Je vous ai révélé Ma Volonté, ne la transgressez pas.
Je vous conduirai ; ne vous détournez pas, et ne déchirez pas le tissu
de l'accomplissement.
14 décembre.

         [378]. On ne peut regarder que vers le futur.
C'est pourquoi il faut se tourner vers les enfants.
En eux seuls se trouve le commencement du travail.
En révélant le nouveau sentier, ce n'est que parmi les enfants
que vous trouverez le pouvoir de la confiance.
18 décembre.

         [379]. Le cœur de l'aube passe parmi les épines.
Réfléchis, raisonne et jette les filets.
Ecoute l'ordre qui résonne.
Impossible de défaire un miracle.
Impossible de chasser les élus de leur maison.
Et toi, qui connais la course des Astres, courbe-toi !
Parce que Je te connais, toi, semeur de pensées confuses.
Je te dis : Assez de ton arrogance !
22 décembre.

         [380]. Il est souvent préférable de remettre une décision au matin
suivant.
Le matin est rempli de prana.
Il est dangereux de rester tendu après le coucher du soleil.
Le soir est le moment de l'offrande.
Le matin est l'heure de la cognition.
23 décembre.

         [381]. Qui a dit qu'il fallait renoncer follement ?
De cette manière, la folie reste.
L'un pense – j'ai déjà renoncé.
Un autre pense – j'ai renoncé, je me suis rapproché.
Un troisième pense – j'ai renoncé, et déjà je mérite beaucoup.
Mais tous leurs dons se trouvent dans les profondeurs tempétueuses.
Nous ne pouvons renoncer aux possessions d'un autre.
Nous ne pouvons donner ce que nous avons reçu en garde.
Si l'on confie ses possessions à un ami pour les garder,
Et, qu'en revenant, on les demande en retour, qu'éprouvera l'ami ?
Simplement la joie de pouvoir rendre ce qu'il a gardé.
Par conséquent, réjouis-toi et prie :
Seigneur, Tu m'as donné Ta Bienveillance à sauvegarder.
Tu m'as appris à le faire.
Maintenant, enseigne-moi comment rendre à Ton Appel ce que j'ai
gardé, Seigneur.
Réjouis-toi, Je garde.
30 décembre.

         [382]. Comme des éléphants traversant la forêt,
écrasant les buissons et déracinant les arbres,
Marchez ainsi dans le grand Service.
Sache donc comment combattre.
Beaucoup sont appelés à la Connaissance,
mais c'est à peu d'entre eux que sont dévoilés les secrets de Nos
Décisions.
Sache donc comment combattre.
Tu verras comment Mon Bouclier est diffamé.
Tu sauras comment Mes Trésors sont contrefaits.
Alors tu lèveras ton épée.
Sache donc comment combattre.
Surtout, prends garde à la trahison et à la frivolité.
De la légèreté naît la trahison.

1923
1 janvier.

         [383]. Le doute détruit l'armure.
Chaque pierre branlante affaiblit la tour.
7 janvier.

         [384]. Ma Main ne se pose que sur des gens sûrs.
Faiblesse et frivolité favorisent la trahison.
La trahison se juge, non d'après ses causes, mais par ses effets.
Chacun est libre, mais le jugement se prononce d'après les actes.
L'initiation ne se cherche pas dans la barbarie.
Il faut assurer sa chance par le travail.
L'heure approche où le Commandement doit s'accomplir.
L'heure est décidée. Par elle se manifestera au monde le bouclier de la
Loi.
L'heure nocturne de la confirmation et le jour du raisonnement
apporteront la joie.
Envoyée est l'heure de la compréhension du Parchemin.
Envoyée est l'heure du Témoignage.
Manifestée est l'aile de l'Archange.
Sur elle, il est écrit Paix.
Les Forces Célestes témoignent avec Nous.
Il a été décrété de faire connaître aux nations le Mot Nouveau :
Amour.
9 janvier.

         [385]. Il est temps de penser au Monde Nouveau.
Mes Préceptes ouvrent le portail de l'action.
Ne connaissant pas le futur, les hommes se pressent, comme des fous.
Les foules condamnées se hâtent vers la destruction.
Et leur course les porte vers l'abîme.
Observe les efforts des insensés.
Un abîme de nouvelles transgressions se révèle.
Des manifestations évidentes ne réussissent pas à alarmer les cerveaux
des simples d'esprit.
Pour les fous, ce temps est vide.
Mais il est grave pour ceux qui discernent la Lumière.
12 janvier.

         [386]. Je vous prie instamment de renforcer la volonté ; elle aide le vol
des flèches.
La volonté est la corde de l'arc de la conscience.
Je vois des nuages sur l'Europe.
L'Abîme a montré ses profondeurs.
18 janvier.

         [387]. Il faut comprendre l'époque.
On ne peut montrer un visage ennuyé lorsque les montagnes même
tremblent.
20 janvier.

         [388]. Examine même les pierres qui retentissent sous tes pieds.
Parce que tu pourrais y trouver les traces de Ma Venue.
Vous qui attendez, vous qui attendez,
Même vous, pourriez ne pas reconnaître l'heure de Ma Venue.
Comme l'attente n'est pas facile,
Je vous donnerai des signes et de l'aide.
Je ne viendrai pas la nuit,
Ni pendant les heures où les rayons du soleil n'atteignent pas la Terre.
Que ton esprit calmement s'élève jusqu'à la Demeure du Créateur.
Je te dirai comment attendre pendant le jour.
Ne m'attends pas avec des hymnes, ni avec exaltation,
Mais en renforçant ton labeur en Mon Nom.
J'acquitterai Mes Bien-Aimés pendant leur labeur
Et non pas lorsqu'ils dorment ou qu'ils mangent.
Le matin, répétant les sept mots, dis :
Aide-nous, que nous n'oubliions pas Ton Œuvre.
Et répétant Mon Nom, t'affirmant dans Mon Travail, tu atteindras Mon
Jour.
Lis et chéris Mes Paroles.
En ces jours tristes, le travail te soutiendra,
Et l'action t'exaltera.
Par Mon Nom, tu parviendras.
J'ai dit.
21 janvier.

         [389]. Ce n'est pas l'usine, mais l'atelier de l'esprit qui régénèrera le
monde.
Comme du papier peint collé au mur, ce qui a bouché les pores de la
vie sera emporté par un torrent d'austère Bienveillance.
27 janvier.

         [390]. Ainsi donc, vous Me rencontrerez dans le travail.
Mais où sont les preuves du travail ?
Rapidité, esprit de décision et sacrifice de soi.
Mais avec la rapidité et l'esprit de décision, on peut également
s'approcher de l'abîme.
Par conséquent, ajoutez aussi la sagesse.
Dès le matin, en commençant la journée, demandez-vous
Ce que vous pouvez ajouter au travail confié pour que Mon Nom
imprègne tous vos actes,
Et pénètre, non comme frein, mais comme affirmation ;
Ni en détournant, ni en compliquant, mais comme partie de vos
pensées décisives.
Ainsi, travaillez sagement et, acceptant le Bouclier de Mon Nom,
Vous conquerrez tout ce qui entrave l'ascension.
C'est un avis à appliquer immédiatement au travail.
Donc, précisément et simplement, Je dis :
Lisez et comprenez mieux Mon Enseignement, sans perdre les dates
données.
Ma Main soit avec vous.
29 janvier.

         [391]. Rappelez-vous comme il est nécessaire de garder la Loi ;
Particulièrement au moment du bouleversement mondial.
Comptez les jours jusqu'à ce que vous ayez traversé en sécurité la
conflagration.
Je vous offre Ma Main, qui vous conduira indemnes,
Faites preuve d'intelligence et n'écartez pas la Main.
D'après Mes Indications, vous appréhenderez vous-mêmes l'ampleur
du feu.
C'est une honte de ne pas percevoir la marque du Nouveau Monde.
C'est une honte de traîner au bout de la corde d'une potence.
Que le nouveau soleil brille par la fenêtre !
30 janvier.

         [392]. La queue de la désobéissance entraîne loin derrière.
31 janvier.

         [393]. Sans amour de la patrie, sans actes héroïques,
Ils marchent, poussés par la fureur.
Les mœurs pures sont balayées par le feu.
La main ne peut tenir qu'un fusil.
Qu'en est-il de l'Image divine ?
La Beauté Nouvelle Lui convient.
1 février.

         [394]. Le rescapé se souvient avec gratitude de ce qui est arrivé.
Le fort regarde vers le futur l'épée levée.
Le sage perçoit la tâche à entreprendre.
Celui dont l'esprit vit dans la Beauté, vibre à l'harmonie du monde.
Cherche une explication au flux et au reflux de l'esprit dans le
frémissement des planètes.
Le monde est un dans la consonance de l'esprit.
Le merveilleux don de la réceptivité est naturel à tous les êtres doués
de raison.
Mais connaissant ces courants,
Nous ne les considérons pas comme écrasants :
Nous cherchons du travail nouveau au-delà de leur portée.
La lune de nuit, le soleil de jour,
Même le sot organise sa vie suivant ces astres.
Illimité est le monde, et innombrables les couleurs de la Lumière.
L'esprit, plongé dans Son harmonie, chante le chant de tous les cœurs.
Réjouis-toi donc, si tu peux le pressentir.
L'esprit qui dort est dépourvu d'efficacité.
3 février.

         [395]. Respectez l'Origine.
Dans les Fraternités, grandes et petites, toutes les actions sont
transmises à travers les Aînés.
Il peut y avoir des enseignements et des inspirations, mais les actions
sont issues de la Source Une.
N'attends pas de dons, mais rassemble des trésors.
Je peux te donner toutes les perles du monde,
Mais que ferais-tu de ce trésor ?
Tu trouverais le caveau le plus blindé, le plus moisi,
le plus semblable à une tombe, et le don périrait.
Mais il en va tout autrement si, sous Ma Main, tu veux toi-même faire,
avec des âmes, un collier de perles, et que tu veuilles toi-même
assortir leur grandeur et leur valeur.
Cherche les nouveaux, ils sont désignés et dirigés.
Mais ne néglige pas leurs appels.
3 février.

         [396]. Il faut chérir chaque heure consacrée à Mon Travail.
C'est en tâtonnant que se trouve la porte de la Lumière.
5 février.

         [397]. Par vos actes, révérez la Main Qui vous guide.
Vous pouvez accroître votre force en réalisant le Bouclier.
En arrivant à la croisée des chemins, ne prenez que le nouveau sentier.
Mon Jugement est prêt, mais rassemblez toutes vos ressources et ne
gaspillez pas d'énergie.
Le fleuve doit être alimenté par les ruisseaux, et non souillé par des
déchets.
Les nuages se sont épaissis ; il ne faut pas les condenser encore
davantage.
Vous pouvez comprendre, la vérité est simple.
Apprenez à écouter l'Instructeur.
9 février.

         [398]. Surtout, n'agis pas par colère, mais par indignation de l'esprit.
Le feu de la colère ne laisse que des trous dans la trame de l'Univers
Mais si tu agis dans l'indignation de l'esprit,
En défendant le Nom du Seigneur et le pouvoir de ton Instructeur,
Alors, même les coups seront pardonnés.
Donc, choisis en toutes choses entre le feu de la colère et la flamme
purificatrice de l'indignation de l'esprit.
12 février.

         [399]. La Sagesse croît, non par siècles, mais d'heure en heure.
Lorsque des pays entiers fusionnent en un instant,
Lorsque des murailles de prison s'écroulent,
Reste ferme.
13 février.

         [400].Si vous pouviez sous souvenir de l'extase de l'esprit libéré du
mal,
Vous vous réjouiriez, au lieu de vous plaindre !
L'esprit alourdi par la méchanceté ne peut s'élever, dans le
rayonnement de la lumière.
16 février.

         [401]. Seuls ceux qui ont une pierre dans le cœur peuvent violer la joie
de l'esprit.
Les ailes du bonheur ne sont accordées qu'à ceux qui s'élèvent en
pensée.
Les foules et les meutes ne servent à rien :
On atteint le but par le vol solitaire de l'esprit.
La manifestation de l'unité vainc les hordes.
18 février.

         [402]. Mais tu chemines sur le sentier parce que le service t'enflamme.
Je t'envoie une manifestation de force parce que ton chemin est long,
et nombreuses les pierres près de portes étranges.
Cependant, tu as déjà vu la couleur de Mon Rayon,
Et, allant avec Moi, tu as déjà maîtrisé les Astres.
L'Unité est une grande force.
19 février.

         [403]. Lorsque le grand sentier a été désigné, il faut soigneusement
éviter les déviations.
26 février.

         [404]. Chacun par lui-même, chacun à sa manière propre ;
Mais tous unis en esprit, dans l'effort de ne pas renverser le Calice.
Souvenez-vous, Amis, comment nous changeons, dans la vie, de lieux
et de temps.
Si l'on travaille pour l'humanité, il faut changer d'endroits,
Car la respiration des gens est oppressante.
26 février.

         [405]. Ton livre donnera de la joie à beaucoup.
Mais même l'imprimeur te donnera des ennuis, parce que les tracas
sont innombrables.
26 février.

         [406]. Les visions ne sont qu'un détail ;
Le monde ne s'édifie pas par téléphone.
26 février.

         [407]. Voir le feu de cœurs harmonieux qui accomplissent la tâche du
Créateur, est une réalisation merveilleuse.
27 février.

         [408]. La flamme du cœur est précieuse.
Le flux et le reflux guident l'orbite de la Terre.
La même goutte agit dans les deux phénomènes.
L'eau stagnante est ce qu'il y a de pire,
Parce qu'elle contient la décomposition et ne sert pas à manifester
l'énergie.
2 mars.

         [409]. Nul besoin de dépenser deux fois l'énergie, lorsque le coup a été
préparé.
Il n'est pas ordonné de décrire la Fraternité.
Comment un aveugle pourrait-il décrire une fleur de pommier ou la
hauteur d'une tour ?
Là où le cœur a été réduit en cendres,
Les cordes de la harpe sont brisées.
3 mars.

         [410]. Par quoi affirmeras-tu la dimension de tes travaux ?
Si tes actes sont utiles au monde, leur dimension est grande.
Par quoi affirmeras-tu la qualité de tes travaux ?
Si tes actes sont bénéfiques à l'humanité, leur essence est bonne.
3 mars.

         [411]. Sache comment comprendre le repos entre les actions.
Dans ce répit se trouve l'accumulation de la force.
3 mars.

         [412]. Ne crains pas, car ce qui a été bien planifié persistera.
3 mars.

         [413]. Ne dis pas de mal et ne blasphème pas.
La grêle des malédictions retombe douloureusement sur la tête de
celui qui les prononce.
Apprends à défendre Mon Nom et Mes Travaux contre les traîtres,
Car tu auras beaucoup d'occasions de mettre fin aux diffamations.
Voici le temps de l'action, et Notre Confiance t'accompagne.
5 mars.

         [414]. Il faut pardonner aux gens leur manque de compréhension.
Souvent de bonnes personnes sont coupables de jugements erronés.
Il est essentiel d'être indulgent envers les erreurs des débutants.
6 mars.

         [415]. Évitez les endroits infestés par la colère et la désunion.
L'imagination des gens est obscurcie.
Apprenez à passer au-dessus des mains qui attirent vers le bas.
Assis dans un bateau, on ne pense pas à la clé de la maison.
7 mars.

         [416]. Ce qu'on a laissé glisser ne revient plus.
La nuit pense à la manière de la nuit.
10 mars.

         [417]. Je vous donne l'Enseignement, des messages karmiques, des
indications.
L'Enseignement est pour le monde entier, pour tous les êtres.
Plus vous le comprenez amplement, plus il est à vous en vérité.
Les messages karmiques sont envoyés à cause de Mon Amour
et de Mon Attention pour vous.
Nous donnons des avis et vous permettons de rencontrer
consciemment la vague karmique.
Ne soyez donc pas surpris, si les signes concernant le karma ne vous
sont pas toujours clairs.
Les indications sont toujours compréhensibles, et doivent être
appliquées sans délai.
13 mars.

         [418]. Je désire nommer ta maladie
elle s'appelle fièvre occulte ;
Nous la connaissons bien.
La fatigue la renforce de même que des changements dans
l'organisme.
Il faut être prudent pendant cette période.
Pendant le combat, Je t'ai couvert d'une aura dense,
similaire au chloroforme ; après, tu dois te reposer.
14 mars.

         [419]. Maintenant, avancez comme des éléphants,
Sachant que les Rayons d'amour et d'attention sont au-dessus de vous.
Souvenez-vous de tout ce qui est bon, et méprisez les obstacles.
En vérité, vous avez raison de reconnaître l'avalanche de signes que
J'envoie pour la première fois et en hâte.
Si vous recevez des blessures dans la bataille, guérissez-les avec soin
et ne vous découragez pas, vous, les guerriers de la lumière.
17 mars.

         [420]. Déjà vous commencez à voler en pensée autour du monde.
Déjà vous commencez à vaincre l'immensité de l'océan.
Déjà vous connaissez la joie de créer.
Déjà vous chantez l'extase de rendre la vie magnifique.
Beaucoup a déjà été réalisé.
Mes Amis ! Pourquoi ne pas vous résoudre à passer toute votre vie en
héros ?
Et si Je dis : "Vous pouvez vous reposer un moment", cela signifie que
Je sais, car Je vous protège.
J'ai dit.
19 mars.

         [421]. Laissez ceux qui ne savent pas,
remplir l'espace de cris et d'appels à l'aide.
Ceux qui ont atteint la compréhension peuvent seconder les
événements.
Dérangeons-nous le visiteur si longtemps attendu avec des vœux
personnels ?
Nous nous hâtons d'ouvrir la porte pour que le tant désiré entre.
Souvent la main est tendue, mais l'aveugle essaie de la repousser.
Donc, supprimer la conception des enfants est pire qu'un meurtre.
Et il n'est pas juste de former un complexe à partir de ses propres
désirs.
Avant la venue de l'hôte, il vaut mieux aérer la maison ; et,
tranquillement, en répétant une prière, diriger ses yeux vers la
beauté.
Spéculations et désignations sans fin ne sont pas nécessaires :
L'esprit avance librement.
Il faut dégager la Terre de son fardeau.
Des effluves enveloppent chaque berceau.
Bénie soit la mère qui ouvre le rideau pour laisser pénétrer la lumière,
et qui offre la première fleur.
Dans le calme, dans la beauté et avec le sourire, attendez les nouveaux
venus qui cherchent à entrer dans le monde.
21 mars.

         [422]. L'aide en esprit est la plus puissante.
22 mars.

         [423]. La connaissance et les solutions aux questions de l'Etre
croissent comme des fleurs.
Avant une compréhension nouvelle, le cœur souffre particulièrement ;
Mais, en un lieu pur, cette souffrance se transformera en connaissance.
La fatigue s'en ira, et les acquis spirituels sortiront de la semence
comme des épis.
Au-delà de l'astral, il y a des sphères de connaissance
où il est facile de communier avec les plans évolutifs.
La légende de l'ascension au ciel a une base scientifique.
24 mars.

         [424]. A présent, vous rencontrez quatre espèces d'hommes ;
La première combat sous Notre Bouclier ;
La deuxième lutte sans protection, elle achève déjà le courant du
karma ;
La troisième délire sauvagement, aveuglée par le voile sombre de son
destin ;
La quatrième comprend les ennemis de la lumière.
La première entendra votre appel.
La deuxième frémira d'espérance.
La troisième tournera sottement la tête.
Et la quatrième vous répondra flèche pour flèche.
Par conséquent, ne réitérez pas l'Enseignement.
Chaque mot tombe sur le sol voulu,
Et ce qui est destiné sera reçu.
De même, ne rejetez pas et ne niez pas.
Tout jugement est déjà une action manifeste.
Pourquoi nier un feu, s'il flambe déjà ?
Mais couvrez-le, et sa force disparaîtra.
De même, on ne gagne rien à contredire des opinions ;
Mais recouvrez le jugement négatif avec Notre Enseignement,
Et toute la cité de l'ennemi sera couverte par la coupole de Notre
Fraternité,
car ce dôme contient tout.
Je vous donne un abri, Je vous donne la force,
Je vous donne un sentier de Beauté.
J'ai dit.
28 mars.

         [425]. L'épreuve des hommes est continue.
Les épreuves doivent se répéter jusqu'à ce qu'un dessin se fixe dans le
cerveau.
Il est plus facile d'écrire sur le front avec la main.
La Vérité vaut mieux que l'illusion.
Sublime est la Vérité du Monde Qui vient.
29 mars.

         [426]. Pour que Mes nouveaux disciples soient capables d'assimiler
Mon Alliance, ce qui a été donné précédemment doit être répété
avec austérité.
Mais chaque pierre qu'on vous jette élèvera votre tour.
30 mars.

         [427]. Seul le temps condense la connaissance.
31 mars.

         [428]. En la soirée sainte du plus grand Jour sacré,
Au nom du symbole Universel, Je vous dis :
Vous avez été admis à la tâche d'édifier le Monde Nouveau.
Je vous dis : Fortifiez vos yeux, pour ne pas être aveuglés
lorsque Je révèle une échappée sur le bord du voile du Futur.
Si l'anxiété monte en vous, élevez le bouclier de la dévotion car il
vous sauvera.
Et répétez les Préceptes – Je vous le dis – répétez.
Je les ai indiqués.
Je sens que vous pouvez comprendre.
Je parle de choses sérieuses.
Je puis lever la Main pour l'élu.
Je dresserai un Bouclier.
Denarius, enfant de malédiction, n'obstrue pas la voie de la lumière !
Denarius, ne souille pas une manifestation pure.
Ne regarde pas les nuages :
La Vie est joyeuse pour qui a des ailes.
Mon Sourire te protégera.
1 avril.

         [429]. La victoire de la loyauté est assurée.
En regardant au loin, vous verrez ce qui est proche.
2 avril.

         [430]. Je vous enseigne à exposer Notre Triomphe aux cœurs étrangers
et mesquins.
Je tiens au-dessus de vous, dans la pureté, une croix merveilleuse.
2 avril.

         [431]. L'Instructeur voit, dans un miroir, l'image de tous vos
mouvements.
La marque de la fatigue vous entoure comme une fumée.
Mais au-dessus de vos épaules, les rayons de la résolution percent le
nuage de lassitude.
Les têtes sont parées de rayons d'argent.
Les auras étrangères s'amassent â vos pieds, comme les culées d'un
pont.
L'ascension du courage force les auras étrangères vers le bas avec des
flèches violettes.
La flamme bleue du cœur frappe la fumée de la lassitude.
Le travail se poursuit, et haut, très haut, se trouve le bout des rayons.
3 avril.

         [432]. Je lis Moi-même vos pensées chaque jour.
L'instructeur vérifie la créativité des disciples bien-aimés.
Et lorsque la fatigue ne clôt pas les lèvres,
Le discours coule comme un torrent himalayen.
4 avril.

         [433]. L'étang stagnant n'engloutira pas des pensées pures.
Une compassion étendue monte la garde,
Mais il faut envoyer l'amour.
La persévérance vous conduira au but,
Et les victoires de l'esprit, par le sacrifice de soi,
se transformeront en parfum de frésias.
Les Merveilles de l'Instructeur grandiront.
Dans le jardin de l'amour, fleurissent les illuminations de l'esprit.
Aujourd'hui, fatigue-Moi ; charge-Moi davantage, en y mettant le
poids du monde.
Pourtant J'accroîtrai Ma force.
Pourtant J'accroîtrai la force de Ma fille, parce qu'elle va dans Mon
Jardin.
Entends-tu ? Le fardeau fleurira comme les roses,
Et l'herbe s'allègera dans la lumière irisée du matin.
C'est pourquoi, fatigue-Moi.
Lorsque le vais dans le jardin magnifique, Je ne crains aucun fardeau.
Je réfléchis, Je réfléchis, Je réfléchis.
6 avril.

         [434]. Vous pouvez apprendre par le sapin ;
il est le même, hier comme été.
7 avril.

         [435]. Certains viendront et diront : "Nous savons".
Vous devriez répondre : "Bien ! Puisque vous savez, retournez chez
vous".
Certains viendront encore plus agressivement et diront :
"Nous savons qui se tient derrière vous".
Dites-leur : "Bien ! Si vous le saviez, Nous ne parleriez pas ainsi".
D'autres viendront jouer aux dés sur les marches du Temple, et
jetteront des sorts autour de vous.
Dites-leur : "Hommes, passez votre chemin, avant que l'éclair ne vous
frappe".
Mais en voici un qui vous dit : "Je ne sais pas,
Et voici, j'ai apporté avec moi toutes mes possessions.
Que dois-je en faire ?"
Dites-lui : "Passe le seuil, entre.
Nous trouverons une place pour toi, à la longue table ; car si tu ne sais
pas, alors tu sauras".
Par conséquent, Je dis à nouveau :
Fatiguez-Moi, chargez-Moi de tous les fardeaux du monde.
Je ne Me lasserai pas, Je ne succomberai pas à la fatigue ; car Je ne
sais pas ce qu'est la fatigue – Je la méprise.
Et Je vous demande de Me charger, car le jardin de beauté ne peut être
atteint autrement.
J'ai dit.
8 avril.

         [436]. Souris à chaque dépréciation :
C'est le vrai signe d'un miracle.
9 avril.

         [437]. Va chercher la lumière pour qu'elle se manifeste dans les
ténèbres.
Le pur fera preuve de compréhension du Bouclier, car Dieu est avec
Nous !
Par Ses manifestations éternelles pénètrent des gouttes du Monde
Sacré.
Considère que le trésor de ces gouttes et les étincelles de la conscience
relieront le Ciel et la Terre en un nouveau pont.
Nous affirmant dans l'illumination des étincelles,
Trouvons un sourire.
Mais la maîtrise se confirme par la réalisation de la victoire sur soimême.
En conquérant le soi, le vainqueur surgira.
Sonnez donc haut et clair le clairon de la victoire,
Car Dieu est avec Nous.
9 avril.

         [438]. Un miracle tient mieux sur un estomac vide.
L'amour du monde s'ajuste mieux dans un cerveau propre.
Dédaigne le manger, comme tu le fais des querelles.
11 avril.

         [439]. Par un seul mot, se sont créés des empires du mal.
La Création du Seigneur sera-t-elle donc différée,
Alors que toutes les Forces Célestes se sont dressées ?
Par le décret du Très Haut,
Des rayons pénètrent la sphère du soleil.
Des vagues de l'océan des planètes voilent le courant des astres.
Les temps sont menaçants et beaux !
12 avril.

         [440]. Une nouvelle bannière requiert des hommes nouveaux.
14 avril.

         [441]. Celui qui était arrivé ignorant, se sera assis à la table et sera déjà
rempli de connaissance.
Tout est saturé de signes et d'approches.
Si vous voulez charger un passant de porter un message à la maison
voisine,
Vous lui dites : "Ami, porte ce message à nos amis".
Par la suite, vous ne reconnaissez même pas ce messager.
Ainsi dans la vie, regardez ce qui vous a été apporté sans vous soucier
de l'apparence du porteur ;
Particulièrement, lorsque tout, autour de vous, est rempli de signes.
En vérité, vous avez la chance de connaître l'indication des approches
et des dates Fixées.
Donc, attendez et soyez joyeux.
16 avril.

         [442]. Etre fugitif pendant longtemps n'a rien de plaisant.
L'amour de soi se paie très cher.
18 avril.

         [443]. Pourquoi Nous considérer comme un volcan de passion, alors
que le frésia est Notre fleur favorite ?
Laisse à l'ennemi la chaleur cramoisie ;
Plus proches de Nous sont les diamants des pics.
Déjà tu vois ses astuces.
Ah ! qu'il peine ! Comment le convaincre que sa construction n'est
qu'une prison ?
Et les prisonniers songent constamment à l'évasion.
Quelle joie y a-t-il à tirer des prisonniers derrière soi ?
Cependant, dans cet argument, il est d'une opinion différente.
Les évidents Albérichs ont accepté son enseignement.
20 avril.

         [444]. Indispensable est le sacrifice, et la flamme de l'offrande est
comme l'ozone.
Même les sauvages utilisent l'holocauste comme symbole grossier de
l'acte d'offrande.
21 avril.

         [445]. Au Nom du Mouvement Eternel, Au Nom de l'Unique Force,
Je répète !
Comme les racines des arbres se fixent solidement dans le sol,
Ta connaissance s'enracinera seulement dans le temps.
Par conséquent, sache la date, pour ne pas saisir avant le moment fixé.
Ce qui est saisi prématurément et ce qui est compris tardivement sont
pareils en conclusion et en signification.
22 avril.

         [446]. En vérité, je dis : dans le grand Service, même les miettes ont de
la valeur ;
Avec les pains d'hier, on peut rassembler tout un bol de l'œuvre
commune :
Le don de Mon Enseignement Spirituel.
En Mon Nom, est votre seule défense ;
D'autres défenses ne servent à rien.
Mieux vaut le comprendre à temps.
J'ai appelé à la construction, et J'ai étendu les mains de Mes plus chers
porteurs de bouclier.
J'ai révélé le sentier.
Qu'on se souvienne toujours de la Main Qui guide et Qui protège.
23 avril.

         [447]. Allez de l'avant avec courage.
24 avril.

         [448]. Sagement, Nous dirigerons tout vers le bien.
25 avril.

         [449]. J'assemblerai les filles.
Qu'elles aident à aménager le jardin magnifique.
Qu'elles le remplissent surabondamment de fleurs nouvelles.
Je perçois qu'on peut s'attendre à un rapide bourgeonnement de la vie
du Monde Nouveau.
26 avril.

         [450]. Une manifestation mondiale apparaît dans le miracle du
renouvellement de la vie.
Ma Main est dans les évènements de chaque jour.
C'est le bonheur de voir les miracles monter la garde comme des
boucliers.
Avec austérité, Je confirme Mes Paroles.
27 avril.

         [451]. Celui qui sait comment cacher – trouve plus vite.
On ne peut calmer une vague qu'en versant de l'huile à temps.
28 avril.

         [452]. Lorsqu'une jeune fille s'efforce nuit et jour de faire du bien au
monde ;
Lorsqu'elle rêve de l'ineffablement beau et élevé,
cela est-il éloigné de la vie ?
Si ces rêves sont beaux, la réponse qu'ils suscitent ne sera-t-elle pas
belle aussi ?
Pourquoi chercher à changer de vie ?
Pourquoi briser l'ancien si un seul souffle nous révèle une nouvelle
région merveilleuse ?
Tu as été terrifié devant la porte de la prison ;
Il te semblait impossible que cette porte en fer puisse s'ouvrir.
Pourtant, ici Je te donne la clé.
Apprends à la tourner juste autant de fois qu'il est prescrit ;
Ni plus ni moins qu'il n'est nécessaire.
L'accomplissement est-il éloigné ?
Les bêtes sauvages ne sont pas nécessaires ;
Pas plus que les tribunaux et les guerriers :
L'accomplissement est à portée de main !
Tu as brandi la lance, appelant le monde à la bataille.
Voici le monde vient à toi – aiguise la lance.
Faux serments et luttes de l'esprit sont inutiles.
Avec le sens du Sacré, tu peux prononcer le vœu de Vérité.
A toi qui sais voir, Je donne.
Ajoute une goutte de Ma Tâche au breuvage,
Et trempe dans le vin de la connaissance le pain de l'accomplissement,
donnant nourriture à ceux qui approchent.
Gravis joyeusement le nouvel échelon du temps.
Concluons le premier livre.
Des nouveaux se manifesteront dans l'action.
Ils révèleront le bouclier de la Beauté,
Et, remplis d'amour, ils ouvriront les portes à ceux qui frappent.
La terre sombrera sous les pieds de l'aveugle,
Et le sourd sera détruit.
J'envoie une source vivante,
Pour baigner tes yeux et tes oreilles.
Le Miracle se manifestera,
Et un Pont de Beauté conduira vers un chemin nouveau.
J'ai dit !
Ils te demanderont comment traverser la vie.
Réponds : comme un équilibriste franchit l'abîme sur un fil tendu
En beauté, avec vigilance et intrépidité.

         NOTE HISTORIQUE
Le paragraphe "Je suis - ta beatitude:" et le paragraphe 1 ont ete
recus a Londres le 24 mars 1920. Le 24 mars est designe dans les livres
suivants par "Notre Jour". Le paragraphe 2 a ete recu a New-York le 1er
janvier 1921. Les paragraphes suivants ont ete recus (un a la fois, rarement
deux) chaque periode de un a trois jours. Le dernier paragraphe (452) a ete
recu le 28 avril 1923. L'ensemble fut publie en russe en 1924. Quelques
rares modifications ont ete apportees par la suite dans la traduction
anglaise.
        FIN DU LIVRE


Home

Agni-Yoga
Top Sites